Web 1.0, Web 2.0, Web 3.0… malheureusement, les lacunes s’accumulent et ne se rattrapent pas. Un fossé se creuse entre les entreprises qui conservent une culture «descendante» et celles qui raisonnent de manière horizontale, voire bottom-up. Les entreprises qui pensent user-centric (enseignement du Web 1), qui s’appuient sur les communautés et la mise en relation des individus (enseignement du web 2) tirent maintenant des données de leurs clients pour personnaliser au maximum leur service tout en mettant le client au coeur du dispositif. Des acteurs de l’économie collaborative aux nouveaux barbares disrupteurs, tous ont bien compris qu’il fallait se mettre en orbite autour du Moi de ce consommateur qui se construit...

- L'Art de La Guerre Digitale, Caroline Faillet, DUNOD.