Lors d’une crise en pic ou crise virale, l’organisation est l’objet d’une actualité défavorable qui engendre un nombre important de reprises et de retombées dans les médias sur une courte période. La violence de ce type de crise peut l’apparenter à la « guerre éclair », ou blitzkrieg. La presse puisant de plus en plus ses sources sur Twitter et réciproquement, les reprises et les retombées médias s’enchaînent sur un court laps de temps et les réseaux sociaux agissent alors comme une caisse de résonnance...

- L'Art de La Guerre Digitale, Caroline Faillet, DUNOD.