L'utilisation des données, dites big data, permet des services inédits qui facilitent la vie de l'internaute et font de lui un consommateur augmenté du pouvoir d'être un guide touristique avec Tripadvisor, un loueur  d'appartement avec Airbnb , un chauffeur de taxi avec uber, un financeur de start-up avec le crowd-founding… Ce consommateur récupère une partie de la chaîne de valeurs de nombre de filières et accélère le risque d'ubérisation des modèles économiques. Si le web 2.0 a flatté l’égo des internautes en offrant des outils au service du narcissisme des utilisateurs, on peut dire que le web 3.0 consacre la toute-puissance du Moi. Le cyberespace qui se façonne autour de l’internaute devient un miroir de ses goûts, de ses besoins et de ses relations.

- L'Art de La Guerre Digitale, Caroline Faillet, éditions DUNOD.